Camus à Combat PDF

Camus à Combat PDF

La pièce affirme ainsi la préférence permanente de l’auteur pour la couleur et la vitalité du monde méditerranéen, et surtout de l’Afrique du Nord, par opposition à ce qu’il perçoit comme la froideur sans âme de l’Europe moderne.


Entre le 21 août 1944 et le 3 juin 1947, Albert Camus est rédacteur en chef et éditorialiste à Combat. C’est la totalité de ses 165 articles, signés, authentifiés, ou légitimement attribuables, qui est ici recueillie, présentée et annotée. Plus de cinquante ans après leur publication, et bien qu’ils soient intimement liés aux événements historiques de leur temps mouvementé, dont ils reflètent parfaitement les espoirs et les désillusions, ces textes n’ont rien perdu de leur force ni de leur actualité. Ils nous transmettent le témoignage lucide d’un journaliste conscient de ses responsabilités sur une époque où, au sortir de l’Occupation, il faut à la fois réorganiser la vie quotidienne et dessiner l’avenir de le France et de l’Europe. Camus aborde de multiples sujets : la politique intérieure ; l’épuration ; la politique étrangère ; droits, les devoirs et le rôle d’une nouvelle presse ; la politique coloniale, et en particulier, la nécessité de doter l’Algérie d’un nouveau statut… Sur tous ces points et sur bien d’autres, Camus ne se contente pas d’informer ; il réagit, et sa pensée, avertie, profonde, vigilante, peut éclairer et enrichir notre réflexion d’aujourd’hui. Les articles de Camus à Combat font entendre la voix passionnée d’un écrivain face à l’histoire, d’un homme épris de justice, de liberté, de vérité, obstinément soucieux d’introduire la morale en politique, et d’exiger le respect de la dignité humaine ; une voix qui continue à résonner dans la conscience contemporaine.

La ville, étrangement calme, dépassée par un sentiment d’effroi, était des semaines de l’invasion allemande. Au cours de sa brève visite à New York juste après la guerre, Camus fut submergé par les contrastes: la pauvreté de la Bowery et le privilège de l’East Side. Une fois de plus, la justice doit être rachetée avec le sang des hommes.-}

Comments are closed.