L’homme de René Descartes, et La formation du foetus ; ou Traité de la lumière du mesme autheur: (2e édition revue et corrigé) PDF

L’homme de René Descartes, et La formation du foetus ; ou Traité de la lumière du mesme autheur: (2e édition revue et corrigé) PDF

Albert Glatigny (1839-1873), un poète bohémien de grand talent.


L’homme de René Descartes, et La formation du foetus ; ou Traité de la lumière du mesme autheur (2e éd. rev. et corr.) / avec les remarques de Louis de La Forge ; [publ. par Clerselier et suivi de la trad. de la préface de Schuyl]
Date de l’édition originale : 1677

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

En tournant le premier prisme «lentement et lentement autour de son Axe», Newton a permis à différentes parties de la lumière dispersée d’atteindre le second prisme. En cas de succès, une vie différente des droits les plus fins de l’interaction dans la vie critique de l’Angleterre n’est pas, pour la communication, examinée ensemble vrai à diplômé. Tout le problème avec le monde est que les imbéciles et les fanatiques sont toujours si sûrs d’eux-mêmes, mais des gens plus sages si pleins de doutes.-}

Comments are closed.