Le défi des épidémies modernes PDF

Le défi des épidémies modernes PDF

L’admission à un sanatorium était généralement acceptable peu de temps avant la mort.


Les sociétés modernes sont confrontées à une véritable épidémie de maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, obésité et diabète, allergies, affections mentales… Or elles sont très largement évitables, car elles sont la conséquence de notre mode de vie et de notre environnement. Selon l’Organisation mondiale de la santé, elles sont responsables de 86 % des décès et représentent 77 % des cas de maladies en Europe. Elles sont ainsi devenues la cause majeure de la crise des systèmes de santé. En France, la  » Sécu  » a certes permis l’accès aux soins pour tous, mais elle n’arrive pas à répondre à cette crise. Et au nom de la lutte contre le  » trou de la Sécu « , on cherche donc à convaincre les Français qu’il faudrait remplacer le principe de solidarité par une logique individualiste d’assurances privées.
Mais les solutions libérales sont une illusion, comme le montre André Cicolella dans cet essai rigoureusement argumenté : elles ne répondent pas à la question et ne peuvent, au contraire, que faire empirer la situation. À l’inverse, explique-t-il, il est possible de surmonter la crise en agissant sur les causes environnementales et comportementales des maladies et en sortant du  » tout médicament « . Mais aussi en réinventant un système de santé de proximité, un financement plus juste et en instaurant une véritable démocratie sanitaire. Bref, en refondant un véritable système de santé et pas seulement un système de soins.

Ce n’est qu’en investissant, en coordonnant et en travaillant ensemble que nous pouvons nous attendre à préparer le monde à la prochaine épidémie inévitable. L’EID relève donc de deux grandes catégories: les maladies infectieuses émergentes et réémergentes. Un système efficace de surveillance des maladies, fonctionnant dans tout le pays, y compris dans les zones rurales, est absolument essentiel pour les efforts de préparation globale.-}

Comments are closed.