Le Mortainais : L’Ancien Régime en héritage (2ème édition, remaniée) PDF

Le Mortainais : L’Ancien Régime en héritage (2ème édition, remaniée) PDF


Le Mortainais : L’Ancien Régime en héritage (Ouvrage de 358 pages illustré par plus de 200 documents en couleur). Cet ouvrage conte l’histoire du Mortainais, partie d’une plus vaste Normandie. Histoire d’une communauté d’hommes qui s’est constituée dans le contexte privilégié créé par un climat et une géologie favorables, conditions utiles pour se nourrir et croître en nombre. L’histoire de cette communauté se parcourt, de nos jours, au travers de ses héritages culturels. Une période glorieuse d’abord, celle où un jeune duc de Normandie, à forte personnalité, a défendu son duché avant de conquérir l’Angleterre. Guillaume dit le Conquérant avait un demi-frère, Robert qui l’aida efficacement à conserver son duché d’abord, puis à conquérir son royaume. En récompense, le duc-roi lui donna le comté de Mortain, immense et richissime comté. Robert voulut, lui aussi, laisser sa trace, ce sera la collégiale de Mortain construite au XIe siècle mais reconstruite au XIIIe. Le temps va passer. Si on se souvient de la Guerre de Cent Ans et de Jeanne d’Arc, on oublie trop souvent la peste de 1348 avec ses résurgences pendant trois siècles et ses effets dévastateurs, incroyables, terrifiants. L’église de Rome a voulu réconforter les populations déboussolées. Le moyen sera l’art avec ces compositions sculptées : « la Vierge et l’Enfant » qui véhiculent l’espérance, et « la Vierge de Douleur », la compassion. Au XVIe, on va aussi construire, souvent avec talent, des maisons fortes voire des châteaux : il fallait se protéger, c’était l’époque des guerres de religion. Période qui verra aussi la création de magnifiques vitraux. Mais le concile de Trente change le monde, impose l’ordre. L’art religieux va relayer cette volonté : le retable des églises impressionne le fidèle par sa taille et parfois son exubérance, lui enseigne ce qu il doit croire, et lui rappelle l’autorité ecclésiale. Il en reste de nombreux et souvent d’excellente qualité. La population recommence à croître après la fin mystérieuse de la peste, les paysans conquièrent de nouveaux droits, la société civile se structure, s’organise, s’enrichit : les meubles normands en sont les meilleurs exemples. Moissons, mariages, fêtes rythment la vie des villages. L’Ancien Régime se termine par une révolte, la Chouannerie. Révolte surprenante de jeunes aristocrates fougueux, sympathiques mais sans perspective et de paysans qui ne trouvent pas leur compte dans la Révolution en cours. On va s’entretuer modérément. Les énergies vont s’épuiser et le chef, comte de Frotté, assez lâchement fusillé.

-}

Comments are closed.