Le petit maître : Regard d’un enfant sur l’école et le monde des grandes personnes PDF

Le petit maître : Regard d’un enfant sur l’école et le monde des grandes personnes PDF

Mais il est difficile d’éviter de penser qu’il y a quelque chose de profondément et de particulièrement mauvais dans la façon dont nous traitons la vieillesse dans la culture américaine en ce moment.


Et si nous prêtions davantage attention au point de vue des enfants ? Sûr qu’ils auraient beaucoup à nous apprendre, non seulement sur nos fonctionnements et nos contradictions, mais surtout sur ce qui les rend heureux : heureux d’apprendre, heureux à l’école, heureux dans leur famille…

Voici un livre qui leur donne – pour une fois ! – la parole.
C’est l’histoire d’une rencontre et d’une amitié entre un écrivain public et un client plutôt inhabituel : un petit garçon de huit ans. Cet enfant lui demande de l’aider à écrire un livre parce que, affirme-t-il avec aplomb, il a «beaucoup de choses à apprendre aux grandes personnes».
S’ensuivent entre l’adulte et l’enfant des entretiens réguliers savoureux où l’on découvre qu’en matière d’enseignement la valeur n’attend pas le nombre des années…
Un livre résolument positif, porteur d’espoir et concret, qui ne peut que contribuer à améliorer la compréhension entre adultes et enfants.

Né de parents libraires, Alain Delacour a grandi parmi les livres. Il a choisi de faire un métier de sa passion pour l’écriture en créant un cabinet d’écrivain public. Il a affûté sa plume en écrivant des discours pour les élus, les dirigeants d’entreprise et les particuliers. Convaincu que l’éducation est un levier essentiel pour un changement de société, il a souhaité apporter sa contribution avec son livre Le Petit Maître.

Le DTF est le deuxième type de démence le plus courant après la maladie d’Alzheimer, bien qu’il touche beaucoup moins de personnes et cible généralement un groupe d’âge plus jeune. Les tremblements incontrôlables chez les patients de Parkinson, par exemple, sont causés par un manque de dopamine. À la fin de l’année, le fils des réfugiés de guerre du Kosovo avait conquis la langue riche en voyelles de son pays d’adoption et était parvenu à la conclusion qu’il pouvait, en fait, apprendre.-}

Comments are closed.