Ma psychose, ma bicyclette et moi : La Raison de la folie PDF

Ma psychose, ma bicyclette et moi : La Raison de la folie PDF

Et quand ils sont exposés, il est beaucoup plus probable que la substance problématique en question soit de l’alcool, ou des médicaments d’ordonnance.


Pour devenir fou il faut d’abord penser logiquement. Qui cherche à dépasser l’ambiguïté risque de sombrer dans le délire.
Mais qu’est-ce que penser logiquement ? Qui donne les critères de la communication recevable, sinon le consensus social ? Le fou non seulement se sépare de ce consensus, mais aussi montre que la poursuite obstinée d’une communication dépourvue d’ambiguïté est ce qui en fait sortir. Les symptômes dits psychotiques ne sont pas des déficits ; ce sont des tentatives, certes déroutantes mais pleines d’enseignement, pour donner vie à un certain type de communication et de relations humaines. Intégrant la systémique, la théorie de la communication et les réflexions actuelles sur l’auto-organisation, l’approche de Fritz Simon montre que la pensée folle est systémique et systématique. La suivre dans sa cohérence en essayant de la comprendre sans la rejeter implique de donner congé à certaines fausses alternatives qui organisent la pensée dite normale : famille ou patient, biologique ou psychologique, psychotique ou normal. Mais une telle description, pour être adéquate, doit elle-même se déployer dans la fantaisie et l’humour… tant il est vrai qu’à trop suivre la logique on risque de mettre en péril sa santé mentale !

BP – Honte à toi de cacher sa carte d’identité – donne ce type à la police. Le monde semble sombre et un tour inutile de subtilités sociales. Je savais qu’il y avait quelqu’un juste à l’extérieur de la fenêtre, n’attendant que le bon moment, alors que nous dormions tous, sans que personne ne reste sur ses gardes.-}

Comments are closed.