Plaire et instruire : Le spectacle dans les collèges de l’Ancien Régime PDF

Plaire et instruire : Le spectacle dans les collèges de l’Ancien Régime PDF

Même quand il ne pouvait pas marcher ou parler ou reconnaître la famille et les amis, il a trouvé un moyen de rassurer et de motiver les autres avec une pression de la main ou une tape sur le bras.


Le théâtre, la musique et la danse, trois disciplines fondamentales dans l’éducation de la noblesse d’Ancien Régime, participaient, dans les collèges français, à l’élaboration de spectacles conçus pour les jeunes gens autant que pour un public avide de divertissement. La scène des collèges s’impose comme l’un des premiers lieux de création dramatique des XVIIe et XVIIIe siècles. Pourtant, ce répertoire, qui souffre de la disparition de nombreuses sources, est encore rarement appréhendé dans sa dimension spectaculaire. Ce théâtre hybride, souvent farci d’intermèdes chantés ou dansés, se présente comme un objet protéiforme, qui appelle une approche pluridisciplinaire. L’un des atouts de cet ouvrage repose précisément sur la réunion de chercheurs confirmés de disciplines complémentaires, puisqu’il réunit des spécialistes de littérature française, néo-latine ou encore germanique, des historiens de la musique, de la philosophie, de la danse, de la scène et des arts du spectacle, et de littérature comparée.

L’histoire se déroule à la fin du 19ème siècle en Angleterre et suit les aventures de deux jeunes filles, Evaline Stoker et Mina Holmes, membres des familles bien connues de Bram Stoker et Sherlock Holmes, alors qu’ils travaillent ensemble pour résoudre un mystère de disparition pièce d’échecs. Qu’il s’agisse du changement climatique, de la pollution de sources non ponctuelles, de la politique de «Pas dans ma cour» (NIMBY) ou de catastrophes naturelles, les citoyens sont aujourd’hui confrontés aux conséquences d’une croissance économique et d’un développement rapides. Il enseigne au Mas du 28 février 1827 au 15 novembre 1836, date à laquelle il est remplacé par Jean Benazeth, qui reste en poste jusqu’en 1850.-}

Comments are closed.