Theodore Gericault PDF

Theodore Gericault PDF

Gericault père s’oppose à la décision de son fils de poursuivre une formation artistique.


Plus que celle de tout autre peintre, la vie brève de Théodore Géricault (1791-1824) est entourée d une aura légendaire. Enfant du siècle à la façon d’un Musset, son nom cristallise les aspirations d’une jeunesse française, héritière des idéaux de la Révolution, qui cherche refuge dans les excès du romantisme. Abolitionniste convaincu, libéral engagé aux côtés de son ami Horace Vernet, ce peintre à la trajectoire fulgurante nous a légué Le Radeau de la Méduse, considéré depuis sa présentation au Salon de 1819 comme l’un des grands chefs-d’oeuvre du XIXe siècle. Comment ne pas s’égarer dans le dédale des questionnements parfois contradictoires d’un Géricault habité par son génie, écartelé entre son goût du classicisme et la recherche d’une nouvelle forme de peinture ? Comment interpréter l’itinéraire artistique qui sépare les premières peintures militaires des puissants portraits d’aliénés qui ponctuèrent sa carrière ? Dans cette monographie passionnante, riche de 200 illustrations, c’est avec une grande subtilité que Nina Athanassoglou-Kallmyer nous éclaire sur le cheminement de ce personnage hors du commun, dont ses premiers maîtres disaient qu’il « avait l’étoffe de trois ou quatre peintres ». Éminente spécialiste du XIXe siècle français, professeur à l’Université du Delaware, Nina Athanassoglou-Kallmyer réussit le tour de force de replacer les créations de Géricault dans un contexte socio-historique extrêmement complexe et nous permet de mieux appréhender ce qui fonde à jamais la « modernité subversive » de son oeuvre.

Nous visons à fournir un meilleur rapport qualité-prix que la plupart. Gericault revint à Paris en décembre 1821 en état de santé déclinant, qu’il aggrava par les accidents de la route qui suivirent. Le tableau est sombre et sombre que Gericault a choisi pour suggérer le tourment et l’agonie des survivants.-}

Comments are closed.